Ilots de chaleur urbains : 3 questions à James Cleaver, conseiller énergie-climat, chez GPSO Energie

La France a connu la semaine dernière un épisode de canicule important : samedi 18 juin était la deuxième journée la plus chaude jamais enregistrée. En zone urbaine, ces hausses de températures sont accentuées par un phénomène climatique de plus en plus fréquent : l’ilot de chaleur urbain. Qu’est-ce qui caractérise ce phénomène ? Existe-t-il des solutions pour s’en protéger ? James Cleaver, conseiller énergie-climat nous renseigne à ce sujet.

1/ Qu’est-ce que le phénomène d’îlot de chaleur urbain (ICU) ? 

L’îlot de chaleur urbain est un phénomène climatique intervenant lors d'une vague de chaleur : il s’agit de l’écart de température constaté entre une ville et ses zones périphériques, mais on peut parfois constater ce phénomène au sein d’un quartier. Cette différence de température est encore plus importante la nuit et fait de ces zones de véritables « bulles de chaleur ». Ils sont le résultat de plusieurs facteurs comme la nature des matériaux qui composent la ville (composition, couleur), la minéralisation des sols, le manque de végétalisation, la morphologie de la ville et bien sûr, les activités humaines. Le GIEC nous annonce une augmentation de la fréquence et de l'intensité des vagues de chaleur dans les années à venir. Si vous souhaitez vous renseigner davantage sur ce sujet, n’hésitez pas à vous rendre sur gpso-energie.fr : un quizz à ce sujet est en ligne, il vous permettra de tester et d’enrichir vos connaissances !

 

2/ Quelles solutions existent pour faire face à ce phénomène ?

L'ADEME regroupe les différentes solutions en 3 catégories :

·       Les solutions vertes, ou « naturelles » comme la création de parcs, le développement des surfaces végétalisées, les cours d'eau…

·       Les solutions grises concernant les aménagements « artificiels » comme les ombrières, les miroirs d’eau, les revêtements à couleur claire pour renvoyer le rayonnement solaire…

·       Les solutions douces regroupent les solutions « comportementales », par exemple la réduction de l’usage de la voiture, les consignes au niveau de la climatisation ou encore les conseils sur l'évolution vestimentaire

·        

 3/ Comment faire à échelle individuelle pour s’en protéger ?

Des ilots de fraicheur existent dans chacune des villes de Grand Paris Seine Ouest. Cela peut être des parcs ou des forêts (solutions vertes) ou bien des bassins et fontaines (solutions grises). Une carte interactive consultable en ligne les recense : bit.ly/ilotsfraicheur-gpso. La forêt domaniale de Fausses-Reposes, située en bordure de Ville-d’Avray constitue une bonne solution pour se rafraichir en période de vague de chaleur : une différence de température est nettement observée entre l’intérieur et l’extérieur de la forêt.

 

Des écogestes peuvent également être appliqués pour rafraichir son logement : baisser les stores et fermer les volets exposés au soleil, garder les fenêtres fermées la journée pour ne pas laisser rentrer la chaleur ; limiter au maximum l’utilisation de l’électroménager et du matériel informatique, sans oublier d’éteindre le matériel électrique en veille pour éliminer toute source de chaleur additionnelle. La végétalisation des rebords de fenêtres et façades à l’aide de plantes grimpantes, peut-être également un bon moyen de créer des zones d’ombrage et de rafraichir légèrement l’air ambiant grâce au phénomène d’évapotranspiration (absorption, puis transpiration de l’humidité présente dans l’air par les végétaux).

 

Pour préserver au maximum votre logement des variations de températures extérieures, notamment dues aux ilots de chaleur urbains, il est possible d’effectuer des travaux d’isolation, parce que l’isolation ne lutte pas seulement contre le froid l’hiver, mais aussi contre la chaleur l’été, à condition de choisir les bons matériaux ! Renseignez-vous auprès d’un conseiller France Rénov’ de GPSO Energie en remplissant le formulaire sur seineouest.fr/renov ou au 0 800 10 10 21