Témoignages

MM. Jacques Péguet, Président du Conseil Syndical, et Jean-Claude Nicolle, Conseiller Syndical en charge de la Commission Travaux. Retour d'expériences sur plan de rénovation de la résidence La Terrasse à Meudon. Janvier 2015

ALE : A quelle phase du projet de rénovation énergétique votre copropriété est-elle engagée ?

Nous sommes à la fin de la réalisation : Le diagnostic énergétique a été réalisé il y a deux ans par le cabinet ENERA situé à Meudon, le plan de rénovation construit et voté l’an dernier, grâce en particulier aux qualités techniques et relationnelles d’ENERA qui a su convaincre lors des réunions d’information sur les priorités à donner, la chaufferie vient d’être rénovée cette année avant la saison de chauffe, et les vieilles fenêtres remplacées par des nouvelles avec double-vitrage sur la base du volontariat. Il nous reste à présent à tendre à la généralisation des doubles vitrages (déjà majoritaires grâce au succès de l’opération de cette année) avec une deuxième vague d’installation, puis à faire le bilan de réalisation du plan, avec le même cabinet ENERA.

ALE : Quel a été le moteur/déclencheur pour mobiliser votre copropriété dans un projet de rénovation énergétique ?

Les facteurs-clé ont été les suivants :

  • La volonté d’aboutir de l’équipe du conseil syndical,
  • La qualité du travail de diagnostic, tant sur le plan technique que sur la capacité à expliquer les choix à faire
  • La démarche d’information et de concertation avec les copropriétaires définie en liaison avec ALE et ENERA
  • Ces éléments sont classiques pour faire réussir un projet, mais le point décisif qui a permis d’emporter la décision du premier coup a été de proposer la partie la plus coûteuse (les double vitrages) sur la base du volontariat, ce qui a mobilisé les copropriétaires les plus soucieux de leur patrimoine, sans opposition des autres qui n’avaient aucune raison d’argumenter contre, puisqu’il leur suffisait ne pas se sentir concernés par l’opération. Et ensuite, devant le succès de la première vague d’installation, une seconde vague est en train d’être organisée. Naturellement, le fait de faire une opération groupée  sur la base du volontariat nous a permis d’obtenir des fournisseurs consultés des conditions tarifaires inenvisageables dans les démarches individuelles d’installation de nouvelles fenêtres.

ALE : Quelles ont été les raisons qui ont motivé la prise de contact avec l’ALE?

Le réflexe professionnel que nous avons l’un comme l’autre de se renseigner sur les meilleures pratiques avant d’aborder un projet nouveau, en premier lieu, et ensuite plus particulièrement la nécessité de se faire aider sur la question des contraintes, des aides et des conditions administratives, juridiques et fiscales qui nous paraissaient une jungle impossible à explorer tous seuls.

ALE : Comment avez-vous connu ce service ?

D’une manière générale par les campagnes publiques de sensibilisation menées depuis des années, et concrètement en regardant sur internet.

ALE : recherchiez-vous une aide précise ? si oui laquelle ? Avez-vous trouvé la réponse que vous attendiez ?

Une aide précise, oui et non. Oui en ce qui concerne les dispositions juridiques et fiscales, mais pour les conseils en bonnes pratiques, par définition nous étions à l’écoute tous azimuts sans idée préconçue. Et nous n’avons pas été déçus, car sur les deux plans, le Conseiller ALE, Monsieur Grégory Lavoué nous a apporté des connaissances précises, des suggestions et conseils, en n’hésitant pas à nous dire « je vais me renseigner » quand c’était nécessaire, notamment sur les dispositions fiscales en cours de changement.

ALE : Pour vous et votre copropriété, que vous ont apportés les échanges avec GL, le conseiller info énergie de l’ALE ?

Deux choses :

  • D’une part la fiabilité des chiffrages des simulations des coûts après incidence fiscales que nous avons pu réaliser grâce aux informations qu’il nous a fournies, simulations que nous avons faites pour chaque type d’appartement de la Résidence et pour chaque destination (résidence principale du propriétaire, résidence locative ou local professionnel)
  • D’autre part , c’est de ces échanges qu’est sortie l’idée de ne pas utiliser le décret de décembre 2012 pour imposer les double vitrages à la majorité, mais de les proposer sur la base du volontariat.

ALE : Quelles sont les prochaines étapes de votre projet de rénovation ?

Réaliser la seconde vague d’installation des doubles vitrages, ajuster l’équilibrage de l’installation de chauffage pour tenir compte de ces nouvelles conditions de fonctionnement, faire faire le bilan final du plan par ENERA.

ALE : recommanderiez-vous ce service ?

Trois fois oui : parce que les informations sont claires, fiables et précises, parce que la démarche proposée par ALE permet d’avancer à coup sûr, et enfin parce que ces échanges on fait naître des idées qu’on n’aurait pas eues en vase clos.

...............................................................................................................................................................................................

Monsieur Jean Mireux, président de conseil syndical à Ville-d’Avray
Interview de juin 2017

Témoignage de Monsieur Jean Mireux, président de conseil syndical à Ville-d’Avray

Quels conseils donneriez-vous à des copropriétaires souhaitant se lancer dans une démarche de rénovation énergétique ?

 « Les décisions relatives aux travaux coûteux doivent être préparées bien en amont des assemblées générales.

Il faut communiquer par étape : diagnostic, solutions possibles, solution retenue dans ses grandes lignes, solution retenue en détail, résultats de l'appel d'offres, financements possibles, visite de la chaufferie avant et après. Cela prend plus de temps, mais cela permet que les décisions soient votées sans problème, les copropriétaires ayant eu le temps de murir la décision, et voient leurs éventuelles objections prises en compte.

La rénovation de la chaufferie de notre copropriété avec passage à chaudières haute performance au gaz a été votée à l'unanimité lors de notre AG.

Nous nous sommes rendus compte que le cout élevé de l’installation devait être expliqué et surtout apprécié par rapport au cout de fonctionnement, avec des charges de chauffage bien plus réduites. La concertation sur le coût complet de l’opération et les financements mobilisables ont permis d’obtenir un consensus en AG. »

Monsieur Christian Bisch – président de conseil syndical à Meudon pendant 35 ans
Interview de septembre 2017

Interview de Monsieur Christian Bisch –président de conseil syndical à Meudon pendant 35 ans. – septembre 2017

ALE : A quelle phase du projet de rénovation énergétique votre copropriété est-elle engagée ?

Une première approche thermique a été effectuée par l’ALE en novembre 2011 et l’audit énergétique en janvier 2013.

Le remplacement des fenêtres d’origine (grandes baies vitrées en majorité) par des doubles-vitrages  a commencé en 2015. A ce jour, environ  300 m2 sur 850 ont été effectués et les remplacements continuent.

L’isolation des 2 pignons de l’immeuble soumise à un cabinet d’architectes en  2016 n’a pas été retenue suite à des exigences de rénovation de structures  qui paraissaient injustifiées et ont été rejetés par le conseil syndical et l’AG fin 2016. Une seconde étude est en cours avec un autre cabinet.

ALE : Quel a été le moteur/déclencheur pour mobiliser votre copropriété dans un projet de rénovation énergétique ?
L’intérêt d’une propriétaire pour les économies d’énergie, nouvellement arrivée et élue au CS en 2010, a conduit le CS à adhérer au club copro de l’ALE en septembre 2011.

Il en a résulté les études thermiques évoquées et la décision de se lancer en priorité dans la pose des fenêtres double-vitrages. Le conseil a alors rédigé un cahier des charges pour cette opération, aidé pour cela par un autre membre du club copro.

ALE : Comment avez-vous connu l’Agence Locale de l'Energie ?
Par la propriétaire citée et la publicité dans Chloroville.

ALE : Pour vous et votre copropriété, que vous ont apporté les échanges avec votre conseiller info énergie au sein de l’Agence Locale de l'Energie ?
Des échanges très intéressants lors des réunions de travail organisées par l’ALE ou de discussions personnelles avec la directrice et le chargé de missions copropriétés.
Il est dommage que je sois pratiquement  le seul correspondant du conseil syndical à l’ALE, les autres membres étant peu disponibles. Cependant je leur fait systématiquement un retour sur les réunions.

ALE : Recommanderiez-vous ce service ?
Oui surtout lorsqu’une copropriété veut s’investir dans des isolations et part de « zéro ».

ALE : Que vous a apporté l’adhésion au club copro ?
Un accompagnement dans la durée, des informations et les échanges fructueux avec d’autres copropriétaires d’autres résidences. Aujourd’hui ma  santé m’oblige à restreindre mes activités même si je reste attentif et continue à correspondre avec l’agence et à suivre les travaux du club copro.

ALE : Quelles seraient vos recommandations pour bien conduire un projet de rénovation thermique en copropriété ?

Participer au club copro de l’ALE et être à l’écoute de copropriétaires ayant vécu des rénovations thermiques d’immeubles.

Un conseil syndical doit faire le maximum pour informer les propriétaires sur l’intérêt des travaux proposés et essayer de les convaincre, la plupart d’entre eux n’ayant pas de compétence sur les sujets abordés et étant soucieux d’optimiser leurs dépenses ! Il faut donc bien communiquer et faire preuve de pédagogie.

ALE : Quelles sont les erreurs à éviter dans un projet de rénovation thermique en copropriété ?

Il faut être avisé dans le choix des professionnels,  demander plusieurs devis et les comparer.  RGE permet d’avoir une liste de professionnels mais ce n’est pas une garantie absolue…

Concernant le remplacement des fenêtres il ne faut pas retenir le premier démarchage mais bien s’assurer par le « bouche à oreille » de la qualité du poseur.

Si une isolation de structures est prévue avec le changement des fenêtres, la compétence d’un architecte est alors utile, sinon ce n’est pas nécessaire.

Le critère prix n’est pas le seul, il faut aussi s’assurer de la qualité des prestations, notamment lors de travaux groupés pour obtenir des rabais.

Monsieur Christian SIMON, Président de Conseil Syndical (Boulogne-Billancourt)
Visite de la copropriété le 17 juin 2017

 

Interview de Monsieur Christian SIMON, Président de Conseil Syndical à Boulogne-Billancourt lors d’une visite de sa copropriété en pleins travaux de rénovation énergétique performante

« L’audit énergétique a mis en évidence les points faibles de l’isolation et les déperditions thermiques.

Nous souhaitions préparer le vote d’une rénovation thermique globale et le bureau d’étude thermique a analysé 2 scénarios de ravalement de notre résidence, un scénario de ravalement simple qui lui était nécessaire et un autre avec isolation. Nous avons organisé des ateliers afin que chacun puisse être informé de sa quote-part de travaux et se positionner sur un choix de scénario; c’est très important pour la décision. Il y a eu 4 sessions successives avec un ingénieur financier auxquelles tous les copropriétaires étaient conviés. Chacun a donc pu bénéficier d’une étude en fonction de son cas personnel et être informé de son reste à charge pour les deux scénarios.

En effet notre résidence présente la particularité d’avoir 4 façades côté rue avec des surfaces vitrées importantes et les travaux sont donc très coûteux. On s’est rendu compte que les foyers à revenus modestes et qui ont bénéficié de davantage d’aides ont adhéré en grande majorité au scénario avec isolation car il leur revenait moins cher.

Au-delà des économies financières qui restent toujours difficiles à valoriser, il y a aussi une grosse attente en termes de confort. Les différentes expositions et les grandes surfaces vitrées sont à l’origine d’un inconfort thermique au quotidien; beaucoup ont froid en hiver et trop chaud en été. »

Quelles seraient vos recommandations pour bien conduire un projet de rénovation thermique en copropriété ?

« Il faut préparer soigneusement le projet avec une étude complète et objective. Dans notre cas un premier projet, mal préparé, n’avait pas été voté en Assemblée Générale. Nous avons donc décidé de reprendre l’exercice de façon plus construite en faisant un audit énergétique. Il nous fallait en effet des éléments probants permettant de sensibiliser les copropriétaires et de dépasser les affirmations des uns et des autres sur les défauts supposés d’isolation. »

*Bâtiment Basse Consommation : dans le cas d’une rénovation de bâtiment existant, la consommation d’énergie, tous postes confondus, doit être inférieure à 104 kWh/m2/an.