Objectif de perméabilité à l’air atteint à l’école des Ajoncs !

La Ville d’Issy-les-Moulineaux s’est engagée en 2011 dans une démarche de réhabilitation du Groupe Scolaire des Ajoncs. Situé rue du docteur Lombard, au cœur d’un vaste ensemble d’habitations et de commerces construits en même temps que lui en 1989, ce bâtiment a fait l’objet d’une rénovation globale et a rouvert ses portes en septembre 2014. Une attention toute particulière a été portée par le maître d’ouvrage à la problématique de l’étanchéité à l’air.

Contexte

Depuis sa construction en 1989, le groupe scolaire Les Ajoncs n’avait fait l’objet que d’un réaménagement partiel en 1994. Une rénovation globale de l’établissement s’imposait donc. En 2011, le programme de travaux a été arrêté avec l’objectif d’inscrire cette opération dans une démarche de Haute Qualité Environnementale (HQE) et d’en faire un projet énergétiquement performant intégrant également quelques notions de « construction Feng Shui » pour assurer un confort et une sensation de bien être des occupants.

 

Les objectifs d’étanchéité à l’air :

La rénovation de ce bâtiment, construit après 1948, est soumise à la réglementation thermique sur l’existant. Cette réglementation n’impose pas la réalisation d’un test de perméabilité à l’air à la réception des travaux. Toutefois, l’article 20 de l’arrêté relatif à la performance énergétique des bâtiments existants fixe par défaut la valeur du coefficient de perméabilité à l’air, Q4PaSurf*, à prendre dans les calculs réglementaires. Cette valeur est de 1,7 m3/(h.m²) pour les bâtiments d’enseignement.

La Ville, souhaitant atteindre un niveau d’étanchéité à l’air performant sur ce projet, a fait le choix d’intégrer aux cahiers des clauses techniques l’objectif d’une perméabilité à l’air inférieure ou égale à la valeur prise par défaut, soit 1,7 m3/(h.m²), et de contrôler cette performance par un test à réception des travaux.

Afin de mettre en place une véritable démarche qualité tout au long du projet et ne pas prendre le maitre d’œuvre en défaut, le maître d’ouvrage a également décidé, sur les conseils de l’ALE, de réaliser des tests à différentes phases du projet, en associant le maitre d’œuvre à ces tests.  Il s’agissait ainsi de garder la maitrise des travaux réalisés et, le cas échéant, de corriger le tir en alertant le maitre d’œuvre sur ses pratiques, en fonction des résultats obtenus.

Il a tout d’abord fait réaliser un test de perméabilité avant travaux pour faire l’état des lieux des principales sources de fuite à l’air du bâtiment. Le coefficient de perméabilité mesuré était alors de 2,71 m3/(h.m²), soit l’équivalent d’une fenêtre carrée de plus d’un mètre de coté ouverte en permanence. Ce test d’étanchéité sur l’existant a notamment permis de remettre en question des choix techniques qui avaient été faits pour des raisons économiques, en mettant en évidence leur impact négatif lourd sur l’étanchéité à l’air du bâtiment et sur la performance énergétique finale de celui-ci. Le remplacement des menuiseries extérieures de l’école, non prévu initialement et étant absolument indispensable, a alors été inscrit dans le cahier des charges des travaux. Les tests ont ainsi permis de justifier le surcoût de ces solutions au regard de l’efficacité globale de l’opération.

En cours de travaux, un premier test intermédiaire a été réalisé dans une salle de classe témoin pour valider le type et la mise en œuvre des menuiseries extérieures. Puis, une fois le bâtiment hors d’air, un deuxième test intermédiaire a été effectué sur l’ensemble du bâtiment. L’enveloppe du bâtiment présentait alors un coefficient de perméabilité à l’air Q4PaSurf de 2,21 m3/(h.m²), soit encore supérieur de 30% à l’objectif fixé. Le bâtiment n’étant pas encore livré, des améliorations ont pu être apportées et des fuites colmatées par le maître d’œuvre.

La mesure finale effectuée à la réception des travaux, fin d’été 2014, a montré que l’enveloppe du bâtiment présentait une perméabilité de 1,62 m3/(h.m²). L’objectif fixé a donc été pleinement atteint et même légèrement dépassé.

L’accompagnement de l’ALE

En 2011, l’organisation d’un Petit Déjeuner Pro sur l’étanchéité à l’air, d’une visite de démonstration in-situ d’un test par un bureau d’étude, et divers échanges ont permis à l’Agence Locale de l’Energie de sensibiliser le service Architecture de la Ville d’Issy-les-Moulineaux, ainsi que les autres acteurs locaux à cette thématique, et à son intérêt dans le cadre d’un projet de rénovation.

Le projet de rénovation du groupe scolaire des Ajoncs est rapidement apparu comme une opportunité de mettre en œuvre une méthodologie ayant déjà fait ses preuves dans d’autres projets de rénovation, notamment dans des projets mis en œuvre par le Conseil Régional de Bourgogne. L’ALE ayant été associée en amont du programme de travaux, elle a pu encourager la ville à mettre en place cette méthodologie intégrant notamment la réalisation de tests d’étanchéité à l’air à différentes phases des travaux, malgré son caractère non obligatoire. Elle a également donné son avis pour la prise en compte de critères énergétiques et environnementaux dans les CCTP, afin de garantir une véritable performance énergétique du bâtiment à terme.

Avec pour résultat, un bâtiment respectant un objectif chiffré d’étanchéité à l’air, et un partenariat fructueux entre Ville et Agence Locale de l’Energie.

* Le coefficient de perméabilité Q4PaSurf représente le débit de fuite par m² de surface déperditive hors plancher bas sous une dépression de 4 Pascal.