Les copropriétaires modestes : du blocage à la mobilisation.

Le coût des travaux envisagés dans le cadre d’un projet de rénovation énergétique en copropriété peut constituer un frein puissant pour de nombreux copropriétaires, notamment les plus modestes. Ainsi face à un budget qui paraît inabordable, ces copropriétaires risquent s’opposer au vote de travaux dont ils ne perçoivent pas la nécessité et si leur nombre est suffisant pour bloquer le projet.

Des travaux pour limiter les charges énergétiques

Pourtant ces travaux peuvent réduire très sensiblement les charges liées aux consommations d’énergie et de nombreuses aides sont disponibles pour contribuer au financement du projet.

En effet, la part de chauffage et d’eau chaude représentent en moyenne 30% des charges de copropriété et des travaux appropriés peuvent pratiquement diviser par deux ces consommations, soit une réduction des charges globales de 15%.

Des aides importantes dédiées aux propriétaires modestes

Outre les aides de l’Etat encourageant les travaux d’économie d’énergie sans conditions de ressources, l’ANAH avec le programme « Habiter mieux » notamment, permet aux ménages les plus modestes de bénéficier d’aides spécifiques couvrant une part conséquente du coût des projets. Dans certains cas, les aides peuvent couvrir plus de 80 % du coût des travaux. Le reste à charge peut alors être compensé par la réduction des factures de chauffage et financé par un prêt avantageux. Ainsi la baisse des charges et les différentes aides améliorent grandement la capacité de financement de ces ménages et finissent par les rendre moteurs des projets de rénovation énergétique.

Au final, c’est un confort accru et un patrimoine valorisé par une étiquette énergie plus favorable pour des charges réduites qui pèsent moins dans le budget familial.