Étiquetage environnemental des produits de consommation en cours d’expérimentation

Pour répondre à l’intérêt grandissant des Français à mieux savoir ce qu’ils achètent, le ministère en charge de l’écologie a décidé d’expérimenter l’étiquetage environnemental des produits de consommation courants. Cette période expérimentale a débuté le 1er juillet dernier, sur plus de 1000 produits. Objectif : informer les citoyens de l’impact environnemental de leurs achats et leur permettre d’effectuer leurs choix en prenant en compte ces critères environnementaux.

Alors que les appareils électroménagers sont munis d’une étiquette énergie depuis 1992, les produits de consommation plus courants, comme le café ou la lessive, sont en reste, et il est extrêmement difficile de connaitre leur impact environnemental. Pourtant, au cours de ces dernières années, l’environnement et le climat sont devenus des préoccupations majeures pour la plupart des Français qui souhaiteraient agir pour protéger les ressources naturelles mais ne savent pas comment.

 
Pour essayer de répondre à cette attente, le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et des Transports a décidé de prendre des mesures pour favoriser l’affichage environnemental des produits de consommation quotidiens.
Ainsi, depuis le 1er juillet dernier, un étiquetage expérimental a été initié sur plus de 1000 produits afin d’afficher le contenu en équivalent-carbone des produits et de leur emballage, ainsi que la consommation de ressources naturelles ou l'impact sur les milieux naturels. Plus de 160 entreprises de multiples secteurs se sont mobilisées pour tester différents types d’affichages (par indice global, données brutes, graphiques, etc.) que vous pouvez d’ores et déjà retrouver sur plusieurs centaines de références dans vos enseignes habituelles. 
 
 
 
Cette phase expérimentale durera une année, et sera évaluée à partir du second semestre 2012 en vue de sa généralisation.
 
A terme, cette mesure devrait faciliter la prise en compte de l’environnement dans les gestes quotidiens et permettre aux consommateurs soucieux de vivre dans un environnement sain d’exprimer leur sensibilité écologique en devenant «consomm’acteurs».