Retour sur...

Retour sur ... le 12eme Petit Dej'Pro de l'ALE

Le mardi 5 juillet dernier s’est tenu le 12eme Petit Dej’ Pro organisé par l’Agence Locale de l’Energie. Cette matinée d’échanges était axée sur les enjeux et les opportunités de création de réseaux de chaleur en Ile-de-France, et de leur alimentation par des sources d’énergies renouvelables, géothermie notamment.

En effet la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte d’août 2015 fixe comme objectif national de multiplier par cinq la quantité d’énergie renouvelable et de de récupération (ENR&R) fournie par les réseaux de chaleur à l’horizon 2030. Décliné à l’échelle de la Région Ile-de-France, cela implique une multiplication par deux de cette quantité de chaleur ENR&R véhiculée par les réseaux, et il est donc indispensable de raccorder de nouveaux abonnés. Ce par des opérations de densification et d’extension des réseaux existants, mais également de création de nouveaux réseaux.

Grand Paris Seine Ouest étant un territoire qui compte assez peu d’équivalents logements desservis par un réseau de chaleur au regard de sa population, l’ALE a donc choisi d’axer spécifiquement cette matinée d’échange sur la création de réseaux de chaleur.

Dans un premier temps, Laurianne Henry, responsable géothermie et réseaux de chaleur à l’ADEME a rappelé l’importance du développement des réseaux de chaleur afin de répondre aux objectifs ambitieux fixés par la loi pour la transition énergétique et la croissance verte. L’ADEME apporte un soutien méthodologique et sur les parties études de projets de réseaux de chaleur, et un soutien financier via le Fond Chaleur lors des travaux, si le réseau est alimenté par des ENR&R.

Deux retours d’expériences ont ensuite permis d’avoir une vision plus pratique de la mise en œuvre de tels projets.

Sabine Moreau, responsable du pôle Maitrise de l’énergie / Energies renouvelables au SIPPEREC a ainsi détaillé les créations récentes de réseaux de chaleur en Ile-de-France réalisées par le SIPPEREC pour le compte des collectivités. Ces réseaux utilisent comme source d’énergie principale la géothermie profonde, à la nappe du Dogger (environ 2000m de profondeur), dont la température varie entre 60 et 80°C. Des projets d’envergure (forage, création de réseau…) mais rendus rentables sur le long terme et permettant aux usagers de bénéficier d’un prix de la chaleur sécurisé, indépendant des fluctuations du pétrole et du gaz.

Patrice Olofsson, Directeur commercial chez IDEX, a présenté le réseau de chaleur crée et exploité par IDEX sur la ZAC du Trapèze à Boulogne-Billancourt. Ce réseau utilise lui aussi la géothermie comme source de chaleur, en complément de celle fournie par le réseau de la Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain (CPCU). La géothermie est dans ce cas bien moins profonde, la chaleur étant puisée à moins de 200m. La température de la nappe, bien plus faible que celle du Dogger (20/25°C contre 60 à 80°C pour le Dogger), nécessite l’emploi de pompes à chaleur pour en rehausser la température afin de pouvoir chauffer les logements. Cette source chaude en hiver fait office de source froide en été, et l’installation géothermique alimente donc également un réseau de froid.

Les présentations des intervenants sont téléchargeables via les liens ci-dessous: