Se chauffer au bois : quel combustible pour quel équipement ?

Il existe désormais de multiples procédés pour se chauffer au bois. Les combustibles ont évolué afin de faciliter l’approvisionnement, et le rendement des appareils a augmenté, améliorant la combustion et diminuant fortement l’émission de polluants. L’ALE dresse un bilan de ces évolutions pour vous aider à bien vous chauffer grâce au bois.
Le bois, une énergie renouvelable

En France, le volume de bois prélevé ne dépasse pas l’accroissement de la forêt, ce qui signifie que la surface forestière nationale augmente chaque année. De plus, la combustion du bois n’émet que le CO2 absorbé durant la croissance de l’arbre (cycle de carbone neutre).
 
Les combustibles 

Il existe trois combustibles principaux utilisés pour le chauffage au bois domestique :
- La bûche, vendue par stère ;
- Le bois déchiqueté, vendu par tonne ;
Le granulé, vendu par tonne ;
 
Les technologies

On distingue deux technologies utilisables dans l’habitat individuel comme collectif. 
  • Les systèmes « indépendants » (inserts, foyers fermés, poêles, …) : Ces appareils peuvent constituer un excellent appoint en relai d’un chauffage central ou de convecteurs électriques. Dans un bâtiment bioclimatique, qui présente de très faibles déperditions thermiques, un appareil au bois indépendant peut parfaitement répondre à l’intégralité des besoins en chauffage. Les inserts et les foyers fermés sont alimentés de façon manuelle avec du bois bûche, les poêles à bois sont principalement alimentés de façon automatique, à partir de bois déchiqueté et de granulé.
  • Les chaudières automatiques : Elles possèdent un fonctionnement similaire à une chaudière classique, qui chauffe un réseau d’eau alimentant des radiateurs. Ces technologies s’adaptent parfaitement dans l’ancien en remplacement d’une chaudière existante au gaz ou au fioul. Afin d’obtenir une autonomie satisfaisante, le bois est stocké dans un silo de plusieurs m3, pour être ensuite transféré dans le corps de chauffe de la chaudière grâce à une vis sans fin.
Il existe également des chaudières à alimentation manuelle fonctionnant au bois bûche. Le fonctionnement est identique, mais l’autonomie est de l’ordre de 48 heures.
Le bois-énergie représente également un mode de production de chaleur "renouvelable" en collectif. A titre d'exemple dans une copropriété, une chaudière collective au bois peut parfaitement être mise en place en remplacement d'une chaudière collective fonctionnant au gaz ou au fioul.

Les aides financières

En complément des dispositifs financiers nationaux (crédit d’impôt, Eco PTZ, ANAH, …), la Communauté d’Agglomération Grand Paris Seine Ouest propose une subvention sur le bois énergie à destination des propriétaires individuels. Cette aide, cumulable avec les dispositifs existants est de l’ordre de 500 à 900€ en fonction du type de technologie (poêle à bois ou chaudière automatique).
 
 
 
L’Espace Info Energie est à votre disposition pour toute demande d’information complémentaire liée au bois énergie et à la subvention de la Communauté d’Agglomération. N’hésitez pas à nous contacter par téléphone au 0800 10 10 21 (appel gratuit) ou par mail : infoenergie@gpso-energie.fr pour prendre rendez-vous avec un conseiller spécialisé.